Formation P.R.I.S.M.E

header_prisme

Cohorte

ASMÂA HADJI

Depuis sa maîtrise en 2015, dans le programme de cinéma à l’Université de Montréal, Asmâa œuvre passionnément, dans la production des festivals de films et de musiques à Montréal. Aujourd’hui, à l’aide du programme P.R.I.S.M.E, elle souhaite explorer une autre dimension de la production, celle de la réalisation cinématographique.
L’histoire de son projet de long métrage de fiction commence lorsque Takfarinas décide de traverser la frontière Américano-canadienne. Accompagné par une famille d’immigrés, ses péripéties débutent lorsqu’ils se réfugient dans une cabane pour échapper au froid hivernal. Takfarinas, personnage au passé nébuleux, traverse les époques et les lieux pour venir en aide à ceux et celles dont le destin est l’exil forcé.

FARHAD PAKDEL

Farhad Pakdel est un cinéaste basé à Montréal. Il est titulaire d’une maîtrise en production cinématographique de l’Université York à Toronto et d’une maîtrise en cinéma de l’Université d’art à Téhéran. Il a écrit, réalisé et produit plusieurs courts métrages et enseigné des cours de cinéma. Il écrit actuellement son premier long métrage.
Son projet « Le Chagrin et le néant » est une série courte de science-fiction qui se déroule dans un futur proche au Québec. Le cerveau d’un homme en phase terminale est transféré sur une mémoire flash afin qu’il puisse survivre. Sa femme interagit avec lui via une application et un casque VR jusqu’à ce que la tournure des événements soulève des doutes sur cette résurrection technologique.

JOSE ANTONIO GUAYASAMIN GRANDA

José est un réalisateur de documentaires principalement orientés vers les enjeux sociaux. Il a fait sa formation en Argentine en montage et en réalisation. En 2011, il a cofondé La Verité Films, une société dédiée à la création de produits audiovisuels éducatifs en Équateur. Son premier long-métrage, Carlitos, s’est présenté dans les salles de cinéma de l’Équateur en 2015. Ses documentaires ont participé à plus de 40 festivals internationaux.
Son projet « Incertitude » raconte en parallèle des histoires de migration au Québec et en Équateur. À travers la voix du directeur, sous le son de son français récemment acquis, et les témoignages de ses camarades de classe de francisation, on entreprend un voyage entre ces deux endroits du monde éloignés, mais qui se connectent et deviennent un miroir à deux faces : sur l’une on voit le reflet de la vie qu’ils abandonnent et sur l’autre celle de la nouvelle vie qui commence.

KARELEE RODNIL

Passionnée de cinéma , Karelee Rodnil a écrit plusieurs courts métrages et quelques longs métrages. Bien que son écriture soit polyvalente, la plupart de ses fictions sont de types suspenses.
Son projet « Roméo » est un long métrage de fiction en fin d’écriture qui retrace l’histoire de Roméo qui prend plaisir à conquérir le cœur des femmes. Jean-François, son meilleur ami fatigué de l’entendre se vanter d’avoir trouvé le Secret de la femme, va lui lancer un défi afin de le ramener à la réalité.

JUANA RUBIO

Juana est réalisatrice et conceptrice sonore d’origine colombienne basée à Montréal. Elle a réalisé des épisodes de plusieurs séries pour la télévision publique colombienne. Depuis la fin de sa maîtrise en communication à l’UQAM, elle travaille en collaboration avec d’autres artistes médiatiques. « Voces Berracas », qu’elle a codirigée avec Marion Chuniaud en 2018, a été sélectionnée pour le Festival du film indépendant de San Antonio en Ecuador et Ojo al Sancocho en Colombie.
Son projet, la série « Les Cupidons », se compose de 6 épisodes d’environ 25 minutes chacun, avec un penchant épisodique. Les cupidons contemporains qui ont échangé leurs arcs et leurs flèches contre des applications pour smartphone et des rapports sur les performances de l’entreprise partagent des boissons au bar Cupid local pour se détendre après une dure journée de matchmaking.

KIMBERLEY ANN SURIN

Basée à Montréal, Kimberley Ann est une cinéaste canadienne d’origine haïtienne. Diplômée de l’Université de l’État de Pennsylvanie en communications / études médiatiques en 2016, au fil des années, elle a eu la chance de travailler sur une variété de projets intéressants et différents, de la fiction au documentaire, de la publicité à la télé-réalité ainsi qu’à l’animation. Début 2021, elle a réalisé, produit et écrit son deuxième documentaire, « Nourrir les Rêves ». Il sera présenté en avant-première au Festival International du film Hot Docs, le 29 avril 2021.
Kimberley Ann est présentement en développement de son premier long métrage fiction, l’histoire suit les destins entrelacés de deux jeunes garçons du Cap-Haïtien, en Haïti.

MAEVA MONTEMIGLIO

Maeva est actuellement chargée de mission chez KPMG. Dotée de compétences en gestion, financement et comptabilité, elle se tourne vers le métier de productrice afin d’accompagner les artistes dans leurs processus créatifs. Montréalaise d’origine française-italienne-camerounaise, elle vise également à participer à des projets télévisuels qui mettront en valeur l’environnement multiculturel dans lequel elle a grandi.
Son projet prend place le jour où Laurent, apprend que son fils Alexandre, a été expulsé de l’école, il tombe des nues. Laurent tentera de remettre son fils sur les bonnes voies, mais pour cela, il devra réapprendre à le connaître. Dans leurs quotidiens, ce père et son fils sont confrontés à des dilemmes identitaires étrangement similaires. D’un côté, on découvre un homme libre de jongler entre son identité italienne et québécoise. De l’autre, on observe ce jeune garçon afro-montréalais dont l’identité multiculturelle se limite simplement au fait qu’il soit noir. Sur un ton oscillant entre le mépris et l’adoration, ils tenteront de travailler ensemble vers un but commun. Avec une touche humoristique, cette série vise à mettre en valeur la complexité du concept de soi et d’appartenance que peuvent vivre des personnes mixtes dans un environnement multiculturel.

MALCOM ODD

Basé à Tio’tia:ke, Montréal, Malcom Odd est un artiste transdisciplinaire canadien d’origine rwandaise. Bachelier en philosophie avec une spécialisation en arts visuels, il œuvre présentement en tant que peintre, producteur et cinéaste indépendant.
Son projet « Busboy » est une série dramatique et poétique suivant les aventures de Keza, un jeune afrodescendant qui, après avoir démissionné d’un stage prestigieux, quitte l’université pour se retrouver dans le milieu exaltant de la restauration. En pleine recherche d’expériences fortes, c’est par des retrouvailles avec son amie d’enfance Hanna, une jeune Algérienne queer et bartender, qu’il prend conscience des séquelles de son passé en banlieue blanche.

MOHAMMED MAROUAZI

Lauréat de l’Institut d’Art Dramatique de Rabat, Mohammed signe sa présence en tant qu’acteur dans une quarantaine de productions internationales, longs métrage cinéma et des séries et films de télévision. Il entreprend, par la suite, une carrière de producteur indépendant et produit des films à succès pour le cinéma grand public au Royaume du Maroc. En 2016 il s’installe à Montréal, où il coproduit Myopia de Sana Akroud en 2020, film qui a reçu trois prix dans la section un certain regard du Festival Vues d’Afrique.
Son projet, « A coeur ouvert » est sa première vraie production québécoise. Salwa subit une opération de greffe du cœur. Après une année d’adaptation, sa vie change drastiquement. Elle décide de partir à la rencontre de la famille de la défunte pour les remercier à sa façon, essayant tant bien que mal de ne jamais dévoiler sa vraie identité.

NILY LOUIS

Nily Louis est un cinéaste canadien d’origine haïtienne émergent dédié à la scénarisation et la réalisation de films depuis 2019. Après l’obtention d’un baccalauréat en sécurité informatique en 2013, il travaille comme analyste de réseaux informatique pendant plusieurs années mais se concentre également sur sa passion pour le cinéma en écrivant plusieurs scénarios et en filmant des événements sportifs les soirs et les fins de semaines. Finalement, en 2019 il décide de se consacrer entièrement à sa quête d’œuvrer dans le monde du cinéma. Il suit plusieurs cours au collège et en ligne et continue à écrire des scénarios. Il se met également à filmer et publier des reportages et d’autres œuvres audiovisuelles. En hiver 2020, il est lauréat d’une résidence en scénarisation offerte par Black on Black films en concertation avec le Conseil des Arts de Montréal. Cette opportunité lui permet d’apprendre de plusieurs producteurs, scénaristes et réalisateurs expérimentés dans le domaine. En automne 2020 Il réalise un court métrage de fiction qui sera à l’affiche au printemps 2021. Nily est passionné du monde du cinéma et a comme objectif de continuer à réaliser plusieurs œuvres dans les années à suivre.
Son projet « Dans la marge » est une web série dramatique. Delano, un brillant informaticien dirigeant d’une firme en espionnage industriel fait face à un dilemme d’éthique lorsque l’un de leur plus gros client les proposent une offre très lucrative mais également très risquée.

RIMTE ROCHER

Rimte est auteur et producteur de webséries originaire du Tchad. Je suis âgé de 32 ans et je suis originaire du Tchad. Installé à Montréal depuis 2006 pour poursuivre des études universitaires à l’école polytechnique, il possède un diplôme en génie informatique et travaille aujourd’hui comme développeur logiciel et comme producteur vidéo. En parallèle, il s’est formé tout seul aux arts cinématographiques et audiovisuels. Il a une brève carrière d’artiste et de producteur de vidéo clips pour quelques artistes de la scène urbaine africaine.
Son projet « Tapo chabab » est une websérie de fiction, de 10 épisodes de 24 minutes chacun, centrée sur les péripéties de jeunes immigrants venus d’Afrique pour poursuivre leur étude et qui finissent par s’installer au Québec. Sarah, jeune fille québécoise d’origine africaine et étudiante en communication et marketing dans une université montréalaise se retrouve obligée, par faute de moyens financiers, de faire du taxi pour joindre les deux bouts et de vivre en colocation avec son ex Assane et les amis de celui-ci.

SARA BEN-SAUD

Lauréate du prix artiste émergente de l’année de l’Outaouais de culture Outaouais (2020), la curiosité artistique de Sara se nourrit de son origine québécoise-libyenne-tunisienne. Sara Ben-Saud a entre autre travaillé comme réalisatrice et scénariste sur la série documentaire « Skindigenous ».
Lorsque Sara Ben-Saud, met la main sur les mémoires écrites de son grand-père libyen paternel, elle décide qu’il est temps pour elle de renouer avec ses racines. Les écrits étant en lieu sûr en Tunisie, c’est là-bas qu’elle passera plusieurs mois d’immersion parmi sa famille à reconstituer l’histoire de son grand-père. Lyrique dans son exploration, elle ira aussi apprendre la langue parlée et l’histoire qui se trouve entre les lignes. Son projet « À toi Jeddi » est un récit intime où Sara navigue des souvenirs familiaux enfouis entre trois générations et tente de remplir le trou intergénérationnel face à sa culture.

VICTORIA CATHERINE CHAN (elle/iel)

Née à Tiohtià:ke/ Montréal et enfant de la diaspora, Victoria est une cinéaste et artiste qui s’intéresse aux sensibilités somatiques, aux espaces liminaux et à la politique du corps entre imaginaires et sensorialités. Sous un prisme transdisciplinaire, sa pratique conjugue le cinéma, l’installation, la performance et l’art sonore à travers des récits intersectionnels et intergénérationnels. Son travail a été présenté dans des festivals, galeries, cinémas et plateformes en ligne. Ses œuvres ont reçu le soutien du CALQ, de la SODEC, du MAI et de UnionDocs. Victoria est diplômée de l’École de cinéma documentaire ZeLIG en Italie et détient une maîtrise en beaux-arts de l’Université Concordia.
Son projet se place au cœur du Chinatown de Tiohtià:ke/Montréal, dans la plus ancienne maison clanique, le kongsi des Hum, vit peut-être ses derniers jours. Chamboulé par la vague de racisme anti-asiatique à l’ère Covid, le quartier chinois montréalais est en train de disparaître comme c’est le cas de plusieurs Chinatowns occidentaux. Ce film essayiste accompagne la famille de la réalisatrice qui met tout en œuvre pour maintenir les liens de sa communauté et sauver le patrimoine de la plus ancienne famille chinoise de Tiohtià:ke/Montréal. Ce récit nous plonge dans les vestiges d’un passé oublié, et navigue entre le réel et l’onirique, le quotidien et la poésie en tissant une réflexion sur l’histoire de la diaspora chinoise. Dans un monde en changement, « (BE)LONGING » évoque la force et la fragilité des traditions ancestrales à travers le regard de femmes de générations différentes.

PLUS D’INFORMATIONS

Pour toute question ou information supplémentaire, veuillez contacter adjsoutien@mainfilm.qc.ca